Lutte antimines

précédent suivant

Gestions des armes et des dangers explosifs (UNMAS)

Qui sommes-nous ?

Le service de luttes antimines des Nations unies (UNMAS) est l’entité phare des Nations unies en ce qui concerne les dangers explosifs et le point focal pour la coordination de la “lutte antimines” au sein du système onusien. Quatorze entités de l’ONU travaillent ensemble pour mettre en œuvre la vision des Nations unies d’un monde libéré de la menace des mines et des restes explosifs de guerre, y compris des armes à sous-munitions.

À la MINUSCA, UNMAS est représenté par la section de la Gestion des armes et des dangers explosifs œuvrant sous le pilier de protection des civils dirigé par la représentante spéciale adjointe du Secrétaire général/Politique. La section travaille à la mise en œuvre d’un cadre de la gestion des armes et des munitions (GAM) en République centrafricaine.

Pourquoi notre présence en RCA ?

La situation sécuritaire en République centrafricaine (RCA) s’est radicalement détériorée en 2013. Des quantités considérables d’armes, munitions obsolètes, Restes Explosifs de Guerre (REG) et munitions de petit calibre circulent partout dans le pays. Des groupes armés comme les ex-Séléka ainsi que les anti-Balaka ont saisi ces armes qui sont dispersées parmi la population. La présence de quantités considérables de munitions dans des infrastructures de stockage inappropriées au sein de la capitale Bangui s’ajoute à ces risques sécuritaires et humanitaires. Des conditions modestes de stockage, l’absence d’une législation efficace pour la gestion de munitions ainsi que l’instabilité sécuritaire régnante menacent la vie civile et les infrastructures locales.

Sur demande du Bureau Intégré des Nations Unies en RCA (BINUCA) et des autorités nationales, UNMAS s’est déployé en RCA en janvier 2014. Le 10 avril 2014, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté à l'unanimité la résolution 2149 (2014), établissant la Mission Multidimensionnelle Intégrée de Stabilisation des Nations Unies en Centrafrique, confiant à UNMAS la tâche d’aider à la restauration d'un environnement humanitaire plus sûr. Le mandat de la MINUSCA a été renouvelé sous la résolution 2301 (2016), priant « les autorités centrafricaines et les partenaires internationaux et les entités des Nations Unies concernées, agissant en coordination avec la MINUSCA et le Service de la lutte antimines de l’ONU, de s’attaquer au transfert illicite, à l’accumulation déstabilisatrice et à l’utilisation abusive d’armes légères et de petit calibre en République centrafricaine, et d’assurer de façon sûre et efficace la gestion, l’entreposage et la sécurité des stocks d’armes légères et de petit calibre, ainsi que la collecte ou la destruction des stocks excédentaires et des armes et munitions saisies, non marquées ou détenues illicitement, et souligne à quel point il importe d’intégrer ces élément à la réforme du secteur de la sécurité et aux programmes de désarmement, démobilisation et réintégration et, le cas échéant, de rapatriement ».

Nos activités 

UNMAS fournit son assistance technique et soutien en : (i) inspectant et éliminant des Restes Explosifs de Guerre (REG) ; (ii) s’engageant dans la gestion des armes et des munitions (GAM) ; (iii) appuyant la dépollution, l’inspection et la sécurisation d’armes et munitions collectées auprès d’ex-combattants ; (iv) développant une capacité NEDEX (neutralisation et destruction des explosifs) et de gestion des stocks à l’échelle nationale ; (v) fournissant des formations sur les risques des engins explosifs aux communautés, forces de sécurité intérieures, ainsi qu'au personnel de l'ONU sur demande ; (vi) fournissant un soutien et une expertise technique à la future commission nationale sur les armes légères et de petit calibre (ALPC).

De plus, UNMAS appuie la résolution S/RES/2262 (2016) renouvelant l’embargo sur les armes et le mandat du panel des experts en soutien au Comité des Sanctions sur la RCA réitérant « aux autorités de transition de s’attaquer, avec l’aide de la MINUSCA et des partenaires internationaux, au transfert  illicite, à l’accumulation déstabilisatrice et au détournement d’armes légères et de petit calibre en République centrafricaine et d’assurer de façon sûre et efficace la  gestion, l’entreposage et la sécurité de leurs stocks d’armes légères et de petit calibre, ainsi que la collecte et la destruction des stocks excédentaires et des armes  et  munitions saisies,  non marquées ou détenues illicitement, et souligne à quel point il importe d’intégrer ces éléments à la réforme du secteur de la sécurité et aux programmes de désarmement, démobilisation, réintégration et réinstallation ou rapatriement ».

Nos réalisations depuis le début du programme en RCA en 2014 (données actualisées en décembre 2016)

  • Depuis 2014, un total de 215,158 munitions ont été détruites. Cela inclut 159,539 détonateurs, 3,753 engins explosifs non explosés, et 51,866 munitions de petit calibre.
  • En termes d’infrastructure: 3 constructions (dont par exemple une armurerie et un lieu d’entreposage pour les explosifs) ont été réalisées et 18 armureries ont été réhabilitées pour les forces nationales.
  • 5 types de formation ont été réalisés pour les forces nationales et onusiennes. 102 participants ont été formés à la gestion des armes et des munitions (GAM).
  • 3,155 participants ont été sensibilisés aux risques des Engins Explosif Improvisés (EEI) et les Restes Explosifs de Guerre (REG).
  • Plus de 359,176 bénéficiaires ont participé à 10,358 sessions d’éducation aux risques en ce qui concerne les REG et les armes légères et de petit calibre, ainsi qu’aux réunions sur la réduction de la violence armée.  
  • Mise en place d’un Comité de pilotage sur la gestion des armes et des munitions (GAM).

Plans futurs

UNMAS continuera à contribuer aux objectifs de la MINUSCA en soutenant à professionnaliser et équiper les forces de sécurité nationale, sur demande; en développant leur capacité dans la gestion des armes et des munitions et en induisant un comportement sécuritaire. UNMAS continuera à soutenir les efforts du secteur humanitaire en améliorant la protection des civils à travers  l'attribution des tâches et la coordination de tous les opérateurs et acteurs civils dans la lutte antimines.

  1. Protection des civils :
    • Campagne d’éducation sur les risques et dangers des engins explosifs continuera à Bangui et partout dans le pays ainsi que des initiatives visant à la réduction de la violence armée. Des interventions ciblées par des experts techniques se feront dans les communautés en plus de l’évaluation/dépollution de camps de déplacés.
  2. Soutien au DDR :
    • Soutien aux activités de pré-DDR en détruisant les armes et munitions recueillies durant les opérations tout en assurant l’enregistrement, la sûreté, le traçage et le stockage approprié des items dans les régions, si applicable.
  3. Soutien au panel des experts sur la RCA :
    • Soutien au panel des experts dans l’application de l’embargo sur les armes en fournissant des rapports de recommandation ainsi que l’information pertinente sur le statut de l’armement en République centrafricaine.
  4. La gestion et le stockage sains et efficaces des stocks des armes et munitions à petits calibres :
    • Construction/réhabilitation de structures de stockage pour les forces nationales.
    • Amélioration des capacités des forces de sécurité nationales afin de mieux gérer leur armes et munitions, en offrant des formations exhaustives pour armuriers, chefs de dépôt ainsi que le NEDEX (selon la décision du comité des sanctions RCA sur demande d’exemption par UNMAS).
    • Soutien technique à la création et mise en place d’une Commission Nationale sur les ALPC (COMNAT-ALPC) au niveau national.
  5. Soutien à la MINUSCA:
    • Evaluation des bases de contingents pour la réhabilitation et la formation sur la gestion des armes et des munitions.
    • Développement d’une stratégie pour combattre les Engins Explosifs Improvisés (EEI) pour la force MINUSCA en déployant une équipe C-EEI/NEDEX, dans l’éventualité d’une menace.
    • Organisation de sessions d’éducation sur les Restes Explosifs de Guerre (REG) et les Engins Explosifs Improvisés (EEI) pour le personnel de la MINUSCA et du système onusien.

Pour plus d’informations : UNMAS http://www.mineaction.org/programmes/centralafricanrepublic