Force militaire

Les Casques bleus constituent le personnel militaire de l'ONU sur le terrain. Les contingents mis au service de l'Organisation sont fournis par les différentes armées nationales des pays membres de l'ONU.

Cadre juridique

Le conseil de sécurité des Nations Unies a mis en place la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) par la résolution 2149 du 10 avril 2014. Le 15 septembre 2014, la responsabilité des opérations militaires en RCA a été transférée de la MISCA à la MINUSCA. Un an après, par la résolution 2217 adoptée le 28 Avril 2015, le conseil de sécurité a réaffirmé son engagement à sauvegarder la souveraineté, l’indépendence, l’unité et l’intégrité du territoire centrafricain et a décidé de proroger le mandat de la MINUSCA jusqu'au 30 avril 2016 en autorisant le déploiement d’un effectif de 10.750 hommes. Cette prorogation d’un an est intervenue au moment où la MINUSCA était officiellement déclarée pleinement opérationnelle en présence de M. Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint et chef du département des opérations du maintien de la paix des Nations Unies. La montée en puissance de la force se terminera avec le déploiement des derniers contingents militaires, dont les hélicoptères armés fournis par le Sénégal et le bataillon d’infanterie fourni par l’Egypte, à l’été 2015. Le déploiement des forces qui se poursuit dans tout le pays permet de répondre de manière toujours plus efficace aux besoins relatifs à la protection des populations et au retour de l’autorité de l’Etat.

Les tâches prioritaires de la force

  • Dans le cadre de la protection des populations, la force de la MINUSCA a amélioré la sécurité dans les différentes villes du pays en luttant notamment contre les trafics divers et en mettant fin à de nombreux points de contrôle illégaux. Dès janvier 2015, les escortes des différents convois sur les axes Bangui – Bouar – Beloko, Bangui – Sibut – Kagabandoro et enfin Bangui – Sibut – Bambari – Bria,  ont permis à des milliers de véhicules de circuler en toute sécurité. Des opérations sont régulièrement menées depuis le début de l’année au profit des populations civiles prises en otage, pour faciliter leur libération et ensuite leur retour auprès de leurs familles et communauté d'origine. Par ses activités dans divers domaines qui touchent à la vie quotidienne des différentes communautés visent à permettre en particulier un retour progressif des personnes déplacées dans leur village d’origine.
  • Dans le cadre de la restauration de l’autorité de l’état, la force a libéré, de février à avril 2015, les locaux administratifs occupés par les groupes armés à Bria, Bambari et Batangafo. Le redéploiement des agents de l’Etat devient désormais possible sur une bonne partie du territoire. La force a également mené de janvier à avril des opérations déterminantes dans les zones de Boda, Berberati, Carnot et Nola, en procédant notamment à l’arrestation de plusieurs criminels armés, Ces personnes ont toutes été remises aux forces de sécurité intérieures centrafricaines en vue de leur traduction devant la justice Ces arrestations contribuent incontestablement à restaurer progressivement l’autorité de l’Etat sur l'ensemble du territoire national.
  • La force contribue également au renforcement de la liberté de mouvement par l’escorte de 450 véhicules en moyenne par semaine depuis le début de l’année. Plus de 60% d’entre eux sont des véhicules commerciaux. Les 40% restant sont principalement représentés par les véhicules des agences onusiennes ou ceux des ONG qui distribuent l’aide humanitaire dans tout le pays. La liberté de circuler en RCA est, par ailleurs, sans cesse améliorée par l’action de la force qui contribue également avec ses unités du Génie, à la restauration des infrastructures routières, notamment entre Bouar et Baoro ou entre Sibut et Bambari, que ce soit pour remettre en état des tronçons de route ou pour réparer des ponts comme celui de Bournou en avril 2015.
  • Depuis la signature, à l’occasion du forum de Bangui en mai 2015, par neuf groupes armés et le Gouvernement de transition, d’un accord sur le désarmement, la démobilisation, la réintégration et le rapatriement des ex-combattants et éléments armés (DDRR), la force de la Minusca s’est résolument engagée dans un soutien à la mise en œuvre de ce programme. Que ce soit à Bangui ou en province au sein des secteurs, la force est présente partout en appui à l' Autorité de transition pour créer les conditions sécuritaires les plus favorables au succès du processus.