Une délégation du Comité consultatif et de suivi du DDR en visite à Kaga-Bandoro

2 août 2017

Une délégation du Comité consultatif et de suivi du DDR en visite à Kaga-Bandoro

Une importante délégation du Comité Consultatif et de Suivi (CCS) du DDRR, avec à sa tête le Colonel Noël Bienvenu Selesson, Conseiller spécial du Président de la République sur les questions de DDRR et Président du CCS, effectue, depuis le 1 aout 2017, une mission d’information et de sensibilisation sur le projet-pilote de désarmement, démobilisation et réinsertion que le gouvernement centrafricain va mettre en œuvre en attendant le vaste programme national de DDRR. Au cours de cette visite, M. Selesson et sa délégation ont rencontré les responsables des différents groupes armés présents à Kaga-Bandoro, notamment le MPC, le FPRC, etc. ainsi que les autorités locales, la société civile et la MINUSCA.

Le Président du CCS a expliqué à ses différents interlocuteurs que, comme son nom l’indique, le projet-pilote vise à désarmer, démobiliser et réintégrer un groupe restreint de combattants choisis par les responsables de chacun des groupes armés. « Il s’agit de 40 éléments par groupe armé, dont 20 éléments pour l’intégration dans l’armée centrafricaine, et 20 éléments  pour la réintégration socio-économique communautaire. Dix des quatorze groupes armés ont déjà soumis leurs listes au CCS », a expliqué M. Selesson, avant d’ajouter que  400 éléments sont déjà prêts pour le projet-pilote.

Selon lui, il y aura bientôt une équipe mobile du CCS qui va sillonner tout le pays pour commencer le désarmement de ces éléments et vérifier l’aptitude de ceux qui ont été proposés par les groupes armés pour rejoindre les Forces armées centrafricaines.  Ceux qui auront été déclarés aptes seront transportés à Bangui, avec l’appui de la MINUSCA, pour suivre leur formation qui sera assurée par l’Union européenne.

Face aux critiques soulevées par Al-Khatim, le Chef du mouvement Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC)   à Kaga Bandoro, concernant le nombre limité de personnes par groupe armé, le colonel Selessson a souligné que ce projet-pilote sera suivi du programme national de DDRR qui touchera tous les éléments des groupes armés. Il a également insisté sur le fait que l’acceptation des ex-combattants dans les FACA dépendra de leur éligibilité conformément aux conclusions de l’équipe mobile qui fera les enquêtes nécessaires.

Au cours de la rencontre organisée avec les responsables de la MINUSCA, M. Selesson a salué les efforts fournis par la Mission pour accompagner la restauration de l’autorité de l’Etat. Il a invité les autorités locales  à jouer également leur rôle en assumant les responsabilités qui leur incombent. Il a fortement insisté sur la nécessité de maintenir et renforcer la cohésion sociale afin d’éviter les violences intercommunautaires qui ne feront que diviser davantage la population et déstabiliser le pays.

Pour sa part, le chef de bureau de la MINUSCA dans la région Centre, Renner Onana, a souligné que la MINUSCA continuera ses efforts afin d’aider les autorités centrafricaines à créer les conditions d’un retour à une paix durable et à la stabilité. Toutefois, a-t-il rappelé, la Mission ne peut pas tout faire, encore moins se substituer aux autorités nationales, car ce n’est pas son mandat. C’est pour cela qu’il est important que les autorités locales puissent être disponibles et proactives pour prendre leurs responsabilités afin de mieux bénéficier de l’appui apporté par les Nations Unies.