Communiqués de presse

  • 31 mai 2017 - La MINUSCA salue deux « moments forts » enregistrés cette semaine en vue de la lutte contre l’impunité en République centrafricaine (RCA), à savoir les premiers contacts officiels à Bangui du Procureur de la Cour Pénale Spéciale et le lancement du Rapport sur la Cartographie des Violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire commises du 1 janvier 2003 au 31 décembre 2015.
  • 31 mai 2017 - La MINUSCA et l’UNICEF demandent à tous les groupes armés en Centrafrique de mettre fin au recrutement et à l’utilisation des enfants, en rappelant que ces actes constituent des violations graves des droits de l’enfance pouvant hypothéquer leur avenir. La MINUSCA et l’UNICEF rappellent que l’utilisation des enfants par les groupes armés est contraire à leur engagement contenu dans l’accord signé le 5 mai 2015, en marge du Forum de Bangui.
  • 30 mai 2017 - BANGUI/GENEVE – Des massacres de grande ampleur et d'autres violations graves des droits de l'homme ont été documentés dans un vaste inventaire (« rapport Mapping ») couvrant les multiples conflits en République centrafricaine entre 2003 et 2015. Beaucoup de ces violations pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Le rapport Mapping détaille une stratégie visant à lutter contre l'impunité omniprésente dans le pays.
  • 29 mai 2017 - La Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations unies en République centrafricaine (RCA), Diane Corner, et le Premier ministre centrafricain, Mathieu Simplice Sarandji, ont réaffirmé leur volonté d’œuvrer ensemble pour la paix et la sécurité dans le pays.
  • 29 mai 2017 - La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) appelle à une cessation immédiate des attaques des groupes et d’auto-défense armes contre la population civile, y compris contre les femmes et des enfants.
  • 27 mai 2017 - Près de 200 ex-combattants contribuent actuellement à la construction d’infrastructures sociocommunautaires et à la mise en œuvre d’activités d’intérêt communautaire à Bossangoa, dans le cadre du projet pré-DDR mis en place dans cette ville de préfecture de l’Ouham (nord-ouest de la RCA) par la MINUSCA. Le projet est mené en appui aux autorités locales et vise à améliorer le climat socio-sécuritaire, promouvoir la paix et la cohésion sociale à Bossangoa.
  • 25 mai 2017 - La contribution des casques bleus de la MINUSCA au développement de la préfecture de la Nana-Mamberé, ouest de la RCA, est une réalité et prend diverses formes, a souligné le chef du bureau de la MINUSCA pour la région ouest, Christine Kapalata, lors d’une rencontre avec des journalistes à Bouar, dans le cadre des préparatifs de la journée internationale des casques bleus. « Douze bâtiments du centre de formation militaire ont été réhabilités.
  • 24 mai 2017 - La ville de Bangassou dans la préfecture du Mboumou (sud-est de la République Centrafricaine) retrouve progressivement le calme tandis que les activités administratives et socio-éducatives reprennent après l’intervention robuste des casques bleus de la MINUSCA, mais les défis sécuritaires restent importants, a annoncé la Mission.
  • 20 mai 2017 - La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) appelle à une cessation immédiate des hostilités entre factions de groupes armés à Bria, dans l'Est de la République centrafricaine. Des affrontements ont surgi cette semaine à Bria entre des anti-Balaka et une faction armée d'ex-seleka. En réponse, la MINUSCA a repositionné ses Casques bleus afin d'assurer la protection des civils.
  • 17 mai 2017 - La MINUSCA a maitrisé la situation à Bangassou, après l’attaque de la ville, le samedi 08 mai, par un groupe d’hommes armés assimilés aux Anti-Balaka. Au cours d’une conférence de presse, ce mardi, au siège de la Mission à Bangui, le Commandant de la Force de la MINUSCA, le Général Bala Keïta, a affirmé que les Casques bleus sont en train de sécuriser point par point la ville et que les humanitaires ont commencé à apporter de l’aide aux déplacés.

Pages